Rainbow Loom: les bracelets dangereux pour la santé?

C’est ce qu’ont constaté les autorités sanitaires britanniques, puisque des contrefaçons de ces bracelets, très à la mode en ce moment, n’ont pas tardé à apparaître sur le marché. Mais le problème réside dans le fait que les pays qui fabriquent les bijoux ne respectent pas les normes européennes concernant la composition des bracelets.

En effet, des taux impressionnants de produits chimiques nommés phtalates ont été découverts dans certains des pendentifs, que l’on appelle charms”, et que l’on accroche à son Rainbow Loom pour le personnaliser. Ces substances sont principalement utilisées pour rendre le plastique plus souple, et bien qu’elles soient très répandues, le produit serait utilisé jusqu’à 50 fois son taux légal d’après le “Birmingham Assay Office”, une société britannique qui est chargée de surveiller la sécurité des jouets.

bracelet-rainbow-loom

Mais la santé de nos enfants est-elle vraiment en danger en portant ces breloques? D’après Robert Chantry-Price, responsable de la sécurité des produits au Trading Standards Institute, le risque est effectivement réel: “Si vous touchez ou jouez avec un jouet contenant des phtalates pendant 10 minutes, cela ne pose probablement aucun problème. Mais les enfants manipulent ces élastiques pour fabriquer des bracelets et ensuite les portent pendant longtemps, si bien qu’ils sont en contact avec leur peau 24 h/24 pendant plusieurs jours“, explique-t-il au Daily Mail. Il rajoute également que “la peau des enfants absorbe plus facilement les toxines que celle des adultes. Or, les phtalates sont des carcinogènes, des mutagènes et provoquent des troubles de la reproduction“. Il est donc important de se procurer les Rainbow Loom directement en magasin, et ceux qui sont dans des emballages où la norme CE est spécifiée.

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Santé
épidémie-virus-Ebola-afrique
Ebola: “une urgence mondiale” selon l’OMS

Le 6 et 7 août 2014, le comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé...

Fermer