Clonage de l’homme de Néandertal : du “buzz” au “bug” ?

CLONAGE – « Cherche femme aventureuse pour donner naissance à un Homme de Néandertal » ! Ces propos qui ont fait le buzz ces dernières heures sont attribués au généticien américain George Church dans le Daily Mail ! Mais le scientifique se défend d’avoir prononcé ces paroles et invoque une erreur de traduction de l’allemand à l’anglais ! Alors, la fin du buzz sur le clonage de l’homme de Néandertal à cause d’une erreur de traduction ?

George Church, éminent généticien américain est très clair dans ses propos et affirme qu’il n’a jamais dit « Je cherche désormais une femme aventureuse » afin de pouvoir cloner un homme de Néandertal ! Le scientifique américain avait en effet expliqué qu’avec l’analyse du code génétique, réalisée à partir d’échantillons il serait possible de faire renaitre l’homme de Néandertal comme il l’expliquait dans les colonnes de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel : “La réussite dépend de nombreux paramètres, mais je pense que cela est possible”.

Cette annonce avait fait beaucoup de bruit dans le milieu scientifique car le génome de l’Homme de Néandertal fait l’objet d’études poussées notamment de la part de Svante Pääbo, directeur du département d’anthropologie évolutionnaire à l’Institut Max Planck de Leipzig, en Allemagne. Jusqu’au démenti du chercheur américain qui explique qu’il n’a jamais lancé d’appel pour trouver une femme volontaire pour réaliser ce clonage ! En effet, il s’agirait seulement d’une erreur de traduction de l’allemand à l’anglais ou de sensationnalisme de la part des médias !

Le clonage de l’homme de Néandertal reste donc une possibilité envisageable car le séquençage du génome néandertalien a déjà été réalisé à partir de fragments d’os et en synthétisant les 10 000 morceaux de ce génome pourrait permettre de l’introduire dans une cellule souche humaine afin de recomposer l’ADN proche de celui d’un homme de Néandertal. Mais de là à parler de clonage, cela reste pour l’instant qu’une possibilité qui ne devrait pas être réalisée tout de suite…

clonage-neandertal

Mais la recherche avance sur ces technologies comme l’explique George Chuch : “Les technologies nécessaires progressent plus vite que jamais. En particulier, celles qui permettent de lire ou de synthétiser l’ADN sont aujourd’hui un million de fois plus rapides qu’il y a seulement sept ou huit ans”. A envisager donc dans les années à venir ?

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Sciences
Méningite B : l’UE autorise un premier vaccin (Bexsero de Novartis) !

VACCIN - La méningite B, la plus fréquente des méningites à méningocoque (1 cas sur...

Fermer