Gale : une “épidémie en cours à l’hôpital de Nevers après 24 cas ?

NEVERS – La gale est elle de retour en France après un pic épidémique annoncé à Nevers en Bourgogne ? En effet, si 5000 cas de gale sont signalés en Bourgogne chaque année, l’Agence Nationale de Santé (ARS) ainsi que le CHAN indiquent avoir ouvert “un groupe technique” suite au diagnostic de 24 cas de Gale depuis la mi-décembre au centre hospitalier de l’agglomération de Nevers. Vers une épidémie de gale en Bourgogne et en France ?

Quatre patients et vingt membres du personnel du centre hospitalier de l’agglomération de Nevers (CHAN) ont été diagnostiqué dans plusieurs services portant un total de 24 cas de gale dans la région Bourgogne, suffisamment pour alerté l’Agence Nationale de santé et lancer une procédure d’étude sur cette maladie qui se transmet par contact cutané prolongé.

  • Qu’est ce que la “gale” ?

La gale, également appelé scabiose ou mal de Sainte-Marie est une affection contagieuse de la peau spécifique à l’Homme, déterminée par la femelle d’un acarien microscopique (Sarcoptes scabiei) qui creuse dans l’épiderme des galeries (sillons) où elle dépose ses œufs, provoquant de vives démangeaisons nocturnes. Afin de soigner la gale, le traitement repose sur la prise de médicaments ou un traitement local à base de crème pour le malade et des personnes ayant été en contact proche.

  • Vers une épidémie de gale en Bourgogne ?

Ainsi, dans un communiqué, l’Agence régionale de santé Bourgogne parle d’une “épidémie en cours” et indique une prise de mesure notamment en collectivités : les établissements scolaires ou accueillant des personnes âgées, les établissements pénitentiaires et les services hospitaliers ou la contagion est facilitée par le contacte entre les individus.

epidemie-gale-bourgogne
Le CHAN a coordonné ces actions avec l’Agence Régionale de Santé (ARS) et a déclaré dans un communiqué : « L’ensemble des dispositions mises en œuvre visent à permettre d’une part d’arrêter la progression de l’épidémie et d’autre part d’apporter aux patients et agents de l’établissement tout l’accompagnement nécessaire”.

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Sciences
Pilule : “Diane 35” dangereuse en contraception et contre l’acné ?

DIANE 35 - "Ça suffit. Il faut sortir de l'ambigüité. Ce n'est pas une pilule,...

Fermer