Greffe osseuse : des cellules souches pour soigner les fractures graves ?

CELLULES SOUCHES – Connaissez-vous le projet « Reborne » ? Ce projet basé sur un essai clinique coordonné pourrait permettre de remplacer les greffes osseuses par un procédé médical moins risqué. En Europe plus d’un million de greffes osseuses sont réalisées  chaque année et les chercheurs pensent à un nouveau procédé utilisant les cellules souches afin d’éviter les infections. Alors comment soigner des fractures graves avec des cellules souches ?

Une greffe osseuse est un geste chirurgical grave qui consiste à prélever un morceau de la hanche afin de soigner une fracture important comme une fracture ouverte avec perte osseuse ou une dégradation de la tête fémorale par exemple. Malheureusement, ces opérations chirurgicales lourdes laissent souvent des séquelles ou des effets secondaires comme des infections ou des douleurs chroniques. «L’objectif est de démontrer que cette méthode est au moins équivalente aux traitements standards, sans leurs inconvénients.» explique l’initiateur français du projet.

Un essai européen appelé « Reborne » travaille sur un traitement à base de cellules souches pour soigner les fractures graves vient de recevoir l’aval de l’Agence française du médicament et de son équivalent allemand. En effet, utiliser des cellules souches serait une vraie avancée comme l’explique au Figaro Pierre Layrolle, directeur de recherche à l’Inserm et coordinateur du projet baptisé «Reborne» : «Nous allons prélever des cellules souches contenues dans la moelle osseuse de la hanche du patient, les mettre en culture pendant trois semaines, puis réimplanter les millions de cellules ainsi produites avec une matrice en céramique de phosphate de calcium à l’endroit où la personne a perdu de la matière osseuse».

cellules-souches
Ce procédé sera utilisé dans un premier temps pour soigner une trentaine de patients en France et en Italie avant d’être généralisé si les résultats sont probants ! L’étude explique que « le projet REBORNE a pour objectif de développer de nouveaux biomatériaux qui stimulent la formation de tissu osseux pour corriger les défauts de régénération osseuse en chirurgie orthopédique et maxillo-faciale ». Si la phase II est concluante, il faudra encore une phase II basée sur 150 patients avant de généraliser cette nouvelle méthode pour soigner les fractures graves à base de cellules souches.

0 shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Sciences
Epidémie gastro-entérite : vers un « pic » en Lorraine et et Midi-Pyrénées ?

EPIDEMIE - Quelles sont les régions les plus touchées par l'épidémie de gastro-entérite en France...

Fermer