AUSTRALIE – Que faire si deux espèces menacées d’extinction « s’autodétruisent » ? Sur Kangaroo Island, une petit île de 150 km de long située à une centaine de kilomètres au sud des côtes australiennes, les otaries à fourrure de Nouvelle-Zélande attaquent les manchots pygmées, espèce protégée car en voie de disparition !

En effet, l’île Kangourou (Kangaroo Island), est devenue un lieu touristique pour les Australiens qui viennent apprécier sa grande biodiversité et notamment le manchot pygmée, le plus petit manchot du monde qui mesure environ 25 cm et pèse 1 kg. Le problème est que ce manchot pygmée est régulièrement attaqué par un autre animal, l’otarie à fourrure !

D’après le journal britannique The Independant, de grandes populations d’otaries à fourrure s’installent actuellement sur Kangourou Island et dévoreraient les petits manchots pygmées ! Un drame pour la biodiversité locale mais également pour les opérateurs touristiques qui ont fait du manchot pygmée l’une des attractions phares du tourisme local ! En effet, pour Simone Somerfield, professionnelle du tourisme, interrogée par le quotidien anglais, «c’est comme regarder un film d’horreur, d’autant que parfois les manchots sont tués en masse sans être mangés!»

manchots-pygmees-kangourou-island

Les autorités australiennes affirment avoir perdu le contrôle de la situation car les otaries à fourrure sont également une espèce protégée ! Le déplacement des otaries à fourrure ou des manchots est jugé trop couteux et rien ne prouve que l’otarie est responsable du « massacre » des manchots pygmées : « les interactions entre les manchots et les otaries sont un phénomène naturel sur lequel nous avons peu de moyens de contrôle », affirme le département d’état à l’environnement.