Pharmacie 2.0 : la vente de médicaments “en ligne” bientôt autorisée ?

SANTE – Bientôt plus besoin d’acheter des médicaments en pharmacie, mais possible de le faire sur des sites internet ? En effet, la ministre de la Santé Marisol Touraine vient de donner la possibilité aux pharmaciens de faire de la vente en ligne, pour les médicaments en libre service dans les pharmacies. Une décision qui déclenche déjà de vives réactions du côté de l’Ordre des pharmaciens…

Le texte concernant la mise en place de “Pharmacie 2.0”, des sites e-commerce sur internet vendant les médicaments en libre service précise : “L’activité de commerce électronique n’est autorisée que pour les médicaments à médication officinale qui peuvent être présentés en accès direct au public”. Une décision qui pourrait intervenir rapidement car La France doit transposer avant le 2 janvier une directive européenne autorisant la vente des médicaments sur Internet.

Mais cette décision de la Ministre de la Santé Marisol Touraine fait grincer des dents du côté de l’Ordre des Pharmaciens qui trouve qu’il s’agit d”une “décision brutale” et tient à rappeler que “le médicament n’est pas un bien de consommation ordinaire”. Après la présentation de l’ordonnance en conseil des ministres, l’Ordre des Pharmaciens a rédigé un communiqué soulignant que la sécurité du patient doit “rester la priorité de tous”.  Après les dernières études sur les médicaments génériques en France, de nouveaux débats devraient rapidement s’ouvrir sur ce nouveau procédé de vente de médicaments via internet.

medicaments-génériques

Le texte présenté tient cependant a encadré de manière très stricte cette nouvelle activité de vente en ligne de médicament sur internet en précisant : « Cette modalité de dispensation de médicaments est réservée aux pharmaciens ayant obtenu une licence pour créer une officine de pharmacie physique. Elle relève de l’entière responsabilité du pharmacien, est limitée aux seuls médicaments en libre accès et est soumise aux règles de déontologie applicables à l’officine ».

Mais ces précisions ne changent pas la vision de l’Ordre des pharmaciens qui estime que les dangers de la vente en ligne de médicaments sont nombreux, citant par exemple la falsification, le non respect des règles mais surtout l’encouragement à la création de sites à finalité commerciale et à la surconsommation médicamenteuse.

Commentaires (1)
  1. guyon bernadette 23 décembre 2012

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Sciences
Fin-de-vie-bonnemaison
Fin de vie. Aide à mourir, suicide assisté, euthanasie : que dit le rapport Sicard ?

RAPPORT SICARD - "Actuellement, en France, il n'y a pas de projet de fin de...

Fermer